Get Adobe Flash player
DESCRIPTION DE LA REGION

PAYSAGE

Situé dans la région des plateaux le diocèse d’Atakpamé est le plus vaste des sept diocèses du Togo. Avec sa superficie de 13.453 km², il couvre les préfectures de l’Ogou, Amou, Wawa, Anié, Est-Mono et Blitta.

Son relief est constitué de collines et de plateaux (à l’ouest) et de larges plaines (à l’est et au nord). Cette variété du relief lui confère un charme matériel et un climat légèrement plus tempéré que celui du sud du pays. La ville épiscopale, Atakpamé, est appelée, à juste titre, la ville aux sept collines.

VEGETATION ET AGRICULTURE

Grâce à ses terres bien fertiles et une pluviométrie assez abondante, Atakpamé est l’une des régions les plus productives sur le plan agricole. Le maïs, le fonio, le haricot, les ignames, les bananes plantains et le riz constituent l’alimentation de base quotidienne de ses habitants. Juteux et abondants, les fruits tels que les oranges, bananes, papayes, mangues, mandarines, ananas, sont produits en grande quantité toute l’année. Les cultures d’exportation (le café, le cacao, le coton et les palmiers à huile) jadis florissantes sont en nette diminution. Par contre, les plantations de teck sont en extension pour la production de bois.

POPULATION

La population d’Atakpamé est assez jeune. Malgré la persistance de maladies infantiles, les « ravages » du paludisme et autres maladies, le visage qu’offre ce milieu est celui d’une population fraîche et dynamique.

Le diocèse d’Atakpamé est une véritable mosaïque de toutes les populations du Togo : les Adja, les Agnagan, les Haoussa, les Akébou, les Akposso, les Kotokoli, les Ewé, les Fon, les Ifè, les Kabyè, les Lamba, les Mina, les Nawouda et les Yourouba.

Les différents groupes ethniques qui prédominent dans la région sont :

  • Les Akposso et les Akébou, autochtones des préfectures de l’Amou, du Wawa et de l’Akébou.
  • Les Ifè dans les préfectures de l’Ogou et de l’Est-Mono.
  • Les Adja dans le Moyen-Mono.

Ce brassage des peuples et cultures togolaises fait d’Atakpamé l’une des régions les plus riches sur le plan culturel mais aussi une zone « fragile » lors des élections politiques. Les tensions ethniques liées souvent aux problèmes fonciers y sont fréquentes.

Sur le plan sanitaire, les grandes agglomérations ont des hôpitaux ou des centres de santé. Mais ces structures sont encore insuffisantes par rapport aux besoins des populations. Grâce à l’effort conjugué de l’Etat et de l’Eglise, l’éducation pré-scolaire, primaire et secondaire est bien assurée. Cependant, il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine.

RELIGIONS

Il n’existe aucune statistique fiable sur la composition religieuse du diocèse. La population est estimée à 731.000 habitants dont 293.546 Catholiques. Ce chiffre basé sur les inscriptions au registre du baptême, ne prend pas en compte les départs vers d’autres diocèses ni les arrivées des catholiques provenant d’ailleurs.

On retrouve également dans le diocèse les autres confessions chrétiennes ou s’inspirant du christianisme, telles que les méthodistes, les pentecôtistes, les adventistes du septième jour, les baptistes, les chrétiens célestes, et en nombre croissant, des mouvements ésotériques qui séduisent surtout les cadres, les étudiants et les jeunes (la Franc-maçonnerie, la Rose-Croix, le New-Age, l’Eckankar). Depuis quelques décennies, l’islam y connaît un développement assez rapide. Les nouveaux groupes religieux considérés comme des sectes enregistrent également une progression notable.

La religion traditionnelle, quant à elle, est en régression numérique même si son influence reste encore très forte.

SITUATION ECONOMIQUE

Près de 80% des terres du diocèse appartiennent au monde rural. Pourtant c’est dans les petites villes de la région que se concentrent les populations en quête de travail ou fuyant les conditions astreignantes de la vie agricole : Atakpamé, Gléi, Blitta, Anié, Badou, Amlamé…

Les moyens de communication sont souvent désastreux pendant la saison des pluies. Malgré ses productions abondantes, la région vit pauvrement. Avec la fermeture de l’usine textile de Datcha, elle ne dispose plus de grandes infrastructures si ce n’est une sucrerie à Anié, un barrage hydraulique à Namgbéto et une carrière de marbre à Pagala.

En dehors des centres urbains, la population n’a ni eau courante ni électricité. L’Eglise et les ONG s’investissent dans ce domaine en creusant des forages et des puits.
 

Actualités du diocèse

  • Ordination du Frère Etienne TCHANGUE de la Société des Missionnaires d'Afrique
    Détails :

    Ordination du Frère Etienne TCHANGUE de la Société des Missionnaires d'Afrique. La cérémonie a eu lieu le samedi 28 juillet 2018 à la Paroisse Notre Dame du Rosaire de Blitta en présence du RP Luc KOLA, Provincial de l'Afrique de l'Ouest, du RP Jean EDOH, Vicaire Général, du RP Dieudonné KOMI, Curé de ladite paroisse et de plusieurs prêtres.
    La cérémonie était présidée par SE MGR Nicodème BARRIGAH-BENISSAN, Evêque d'Atakpamé


  • Cloture de l'année pastorale 2017-2018
    Détails :

    Rencontre presbytérium des prêtres d'Atakpamé


  • Localisation